NaturOparC

le grand Cormoran

Le Grand Cormoran est l’un des rares oiseaux a être présent sur quasiment tous les continents à l’exception de l’Amérique du Sud…

Phalacrcorax carbo sinensis – famille des phalacrocoracidés

Taille70cm - 1m20 d'envergure
Poids2 à 3,5 kg
Longévitéjusqu'à 15 ans
Régime Alimentairepiscivore
Reproductiontoute l'année
Ponte2 à 4 oeufs
Incubaton29 à 31 jours

Le Grand Cormoran est un excellent pêcheur, pouvant plonger jusqu’à 10 mètres de profondeur pour capturer sa proie, voire 30 mètres. Grâce à un système respiratoire bien développé, il peut rester une minute sous l’eau, mais il ne s’y attarde pas plus longtemps, car l’imperméabilité de son plumage est limitée. Il possède une troisième paupière, transparente, qui se déplace devant l’œil, et lui sert de « masque de plongée », rendant sa vision subaquatique excellente ! Pour parfaire son équipement de plongée, sa tête est prolongée par un bec très puissant, dont la mandibule supérieure se termine par un crochet. Quand il ne pêche pas, il se perche très souvent sur un support en hauteur, où il se peut passer des heures à se sécher, ailes et queue déployées (on parle de position en étendard) .

Sociable, le Grand Cormoran niche en colonie. Lors de la période de reproduction apparaît une tâche blanche au sommet de chaque cuisse ainsi qu’une nuque blanche. Contrairement à beaucoup d’oiseaux, la ponte peut avoir lieu à n’importe quel moment de l’année ! Les poussins sont nourris par les deux adultes, d’abord avec du liquide régurgité, et plus tard avec de la nourriture solide qu’ils prennent directement dans la gorge des parents. Ils restent dépendants de leurs parents pendant 70 jours, mais prennent leur envol à 50 jours

Saviez-vous qu'en Asie, le cormoran est utilisé pour le pêche ? C'est une méthode de pêche traditionnelle dans laquelle les pêcheurs utilisent des cormorans dressés à pêcher en eau douce. Pour contrôler les oiseaux, les pêcheurs posent une ligature à la base de la gorge qui les empêche d'avaler les plus gros poissons, mais laisse passer les plus petits. Les cormorans sont libres, et reviennent d'eux-mêmes au bateau. Alors que cette technique est toujours utilisée en Chine, elle a cessé d'être rentable au Japon et n'est plus qu'une attraction touristique.

Persécuté, protégé, régulé… le Grand Cormoran divise !

Cette espèce a longtemps été persécutée en raison de sa consommation de poissons (en pisciculture et étangs de pêche notamment) et parfois pour les dégâts qu’il inflige localement aux arbres lui servant de perchoir ou dortoir, jusqu’à devenir une espèce menacée dans les années 1970. A présent, avec les efforts de conservation, les nombres augmentent et les statuts de cette espèce sont stabilisés. Malheureusement, son retour dans certaines zones humides s’est traduit dans la plupart des pays d’Europe par des autorisations de tir visant à réguler les populations et diminuer les dégâts faits sur certaines piscicultures, malgré son statut protégé.

statut actuel

UICN monde : préoccupation mineure

En france

Espèce Protégée

Le Grand Cormoran à NaturOparC

Le Grand Cormoran est présenté lors d’une démonstration présentant les techniques de pêches d’animaux aquatiques. 

Bien loin des spectacles aquatiques auxquels il est possible d’assister dans de nombreux parcs, la démonstration présentée tous les jours permet d’admirer les animaux sous l’eau, en action réelle de pêche dans un bassin vitré, chose rarement observable dans la nature ! Autant de techniques qui ne manqueront pas de surprendre le public mais aussi les soigneurs, car les animaux sont quelques fois imprévisibles !

Cette démonstration est l’occasion pour l’animateur de parler de la biologie des différentes espèces présentées, de leurs adaptations morphologiques au milieu aquatique, mais aussi d’attirer l’attention des visiteurs sur l’importance de leur conservation.